Jouve & Fargier cabinet d’expertise comptable à Aubenas, membre du réseau Cabex - 04.75.87.80.22 Logo Cabex

Comme chaque début d’année, la feuille de paie a subi plusieurs changements au 1er janvier 2018. Présentation des modifications.

Le plafond de la Sécurité sociale

Au 1er janvier 2018, le plafond de la Sécurité sociale a être revalorisé de 1,3 %. Le plafond mensuel est donc porté de 3 269 € à 3 311 € et le plafond annuel de 39 228 € à 39 732€.

La cotisation GMP

La garantie minimale de points (GMP) est une cotisation qui permet aux cadres dont le salaire n’atteint pas le plafond de la Sécurité sociale (ou est légèrement supérieur) d’obtenir au moins 120 points de retraite complémentaire par an.

Selon une récente circulaire diffusée par l’Agirc, le montant mensuel de cette cotisation est fixé, à compter du 1er janvier 2018, à 72,71 € (contre 70,38 € en 2017), soit 45,11 € à la charge de l’employeur et 27,60 € à la charge du salarié.

La CSG

La contribution sociale généralisée (CSG) est une contribution versée par les salariés sur leurs rémunérations à un taux de 7,5 %.

Au 1er janvier 2018, son taux augmente de 1,7 point pour s’appliquer à un taux de 9,2 % sur ces rémunérations. La part de la CSG déductible du revenu imposable s’élevant à 6,8 % et celle de la CSG non déductible à 2,4 %.

La cotisation maladie-maternité

La part salariale de la cotisation maladie, maternité, invalidité, décès, actuellement fixée à un taux de 0,75 %, est intégralement supprimée au 1er janvier 2018.

La cotisation d’assurance chômage

Au 1er janvier 2018, le taux de la part de la cotisation d’assurance chômage à la charge du salarié passe de 2,40 % à 0,95 %.

À noter : au 1er octobre 2018, la part salariale de la cotisation d’assurance chômage disparaîtra totalement.

La cotisation pénibilité

Tous les employeurs, y compris ceux qui n’exposent pas leurs salariés à des facteurs de risques professionnels, doivent s’acquitter d’une cotisation pénibilité dite « de base » au taux de 0,01 % des rémunérations de leurs salariés. Cette cotisation est déclarée et payée en même temps que les cotisations de Sécurité sociale.

Cette cotisation a été supprimée au 1er janvier 2018.

La limite d’exonération des titres-restaurant

La contribution de l’employeur aux titres-restaurant est, en principe, exonérée de cotisations sociales dans une certaine limite. Et depuis 2006, ce plafond d’exonération est revalorisé dans la même proportion que la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu.

Ainsi, avec la réévaluation de ce barème de 1 %, cette limite d’exonération passe de 5,38 € à 5,43 € à compter du 1er janvier 2018.